Restauration hydromorphologique du fossé de la Reu


Le fossé de la Reu a été creusé il y a plusieurs siècles par les carriers du Pinail afin d’évacuer l’eau des fosses d’extraction de pierres meulières. Enclavé entre deux buttes atteignant jusqu’à 4 mètres de hauteur, ce fossé rectiligne draine une zone humide alimentée par une résurgence de nappe phréatique sur environ 250 mètres de longueur.

 

Fossé de la Reu après le brûlis dirigé de 2016

Des travaux hydromorphologiques ont été réalisés au cours du mois de septembre afin de restaurer un fonctionnement écologique optimal de cet écoulement, favorable à la diversification des habitats et des espèces. Ce chantier a consisté à élargir le lit majeur au sein duquel il a été opéré un reméandrage du lit mineur à l’aide d’une pelleteuse. Trois seuils ont été supprimés afin de créer un écoulement préférentiel tout en permettant l’alimentation en eau de plusieurs milieux lenthiques annexes, préservés compte tenu de la présence de plusieurs espèces végétales rares (Pilularia globulifera, Cardamine parviflora, Sparganium minimum). Les zones de marnage de ces milieux stagnants ont été agrandies afin de favoriser le développement des espèces patrimoniales et un secteur de tremblant (accumulation de matières organiques sur plus d’un mètre) a été contourné pour n’impacter ni son fonctionnement ni sa composition. Tous les matériaux nécessaires à la réalisation de cet ouvrage ont été pourvus sur place (déblais – remblais pour la terre qui a été triée pour en extraire les cailloux). Les travaux mécaniques ont été complétés manuellement par un rechargement en cailloux du lit mineur et une reprise, au besoin, de sa pente en appui de relevés de niveau réguliers.

 

Création d’un bras de contournement préservant un tremblant de tout impact

Ces travaux seront poursuivis par un réajustement éventuel lors de la remise en eau du fossé au cours de l’automne / hiver et accompagnés dès le printemps suivant par de suivis scientifiques afin d’évaluer leur impact (Odonates, Amphibiens, Characées…).

 

 

 

Maîtrise d’ouvrage GEREPI – Financement Agence de l’Eau Loire-Bretagne (Contrat Territorial Vienne Aval) & Ministère de l’Ecologie