Gestion


Les pratiques mises en place dans le cadre du plan de gestion sont inspirées de celles qui avaient déjà cours bien avant la mise en Réserve du site, à savoir: la coupe de la brande et le brûlis, ce dernier étant lié au pastoralisme. La principale différence avec les méthodes ancestrales tient au fait que la gestion actuelle est planifiée et non plus aléatoire comme elle l’était à l’époque. L’objectif est de régénérer régulièrement les landes, afin d’y favoriser la biodiversité qui leur est liée ainsi qu’aux mares. Ainsi, dans le plan de gestion, il est pratiqué une intervention sur les ¾ de la Réserve où s’opèrent coupes avec exportation de brande, brûlis dirigés et pâturage extensif. Le quart restant est laissé en libre évolution.

Pour planifier la gestion, la Réserve est morcelée en secteur de gestion permettant d’intervenir à nouveau sur les brandes tous les 12 ans, âge au delà duquel les landes deviennent vieillissantes.

Pâturage

Troupeau chèvres et moutons RN PINAIL

Traditionnellement, le Pinail était essentiellement pâturé par des chèvres et des vaches. Fin juin, lorsque l’herbe commençait à manquer dans la plaine, les troupeaux montaient sur le Pinail pour les pâturages d’estive. Pour perpétuer cette tradition, GEREPI a fait l’acquisition d’un petit troupeau. Il n’a pas d’objectif de production, mais doit éviter que les milieux naturels ne se ferment trop. Il fait donc office de tondeuse écologique. Cette méthode de gestion par pâturage permet d’accroître la diversité biologique, en créant des habitats plus propices à des certaines espèces. Ainsi, le Pipit farlouse et l’Orchidée tachetée sont plus facilement observables sur ces zones. Par ailleurs, la zone pâturée en lande rase, joue le rôle de pare-feu et réduit les probabilités de départs d’incendie incontrôlé. Les agneaux naissent en février-mars. De juin à février, le troupeau pâture dans la Réserve sur les enclos de manière successive en fonction des ressources en eau et en végétation, tandis que d’avril à mai, il descend hors de celle-ci sur le coteau où il va poursuivre son action de défrichement.

Le troupeau est constitué de moutons bruns de race Solognote, espèce rustique par leur résistance aux maladies et leur capacité à tirer parti d’une végétation pauvre et ligneuse. Elle ne nécessite que peu d’interventions ou de manipulations de l’Homme et est particulièrement recherchée pour la mise en valeur des terroirs pauvres et difficiles comme les landes. Cette race fait l’objet de programme de conservation en France via les UPRA (Union d’éleveurs pour la Préservation des Races Anciennes).

Le troupeau est abrité dans une loge traditionnelle de brande aux pentes accentuées facilitant le ruissellement de l’eau.

Coupe de la brande

Coupe de Brande

 

La brande est coupée à la débroussailleuse à main. Puis, elle est séparée de l’Ajonc nain et rassemblée en fagots. Le passage d’une moto-faucheuse a ensuite lieu sur les placettes précédemment coupées. Les fagots sont alors transportés hors de la Réserve par brancard ou microtracteur, afin de subir une transformation. En effet, une fois coupée, le cycle de la brande ne s’arrête pas là: elle est alors valorisée en balais ou palissades. Pour ne pas avoir d’impact trop important sur la faune locale lors des coupes, un tiers de chaque parcelle n’est pas coupé. Ceci dans le but de laisser des perchoirs naturels aux passereaux ou pour préserver la dissémination des insectes. Il est à noter que l’ensemble des travaux sur la Réserve se fait aux moments les moins dérangeants pour la faune et la flore, à savoir en automne et en hiver (du 15 septembre au 29 février).

Brûlis dirigé

Brulis dirigé

Brûlis dirigé

 

Le brûlis dirigé est un moyen traditionnel utilisé par nos prédécesseurs. A l’époque, il avait lieu de manière plus aléatoire qu’actuellement. Le brûlis est utilisé, comme les autres méthodes de gestion du site, pour empêcher que le milieu ne se ferme. Il sert également à devancer les incendies. Ainsi, au lieu d’avoir de grandes chances que ces derniers ne se déclenchent et ne s’étendent sur de grandes surfaces, voire en forêt, le brûlis dirigé permet de les court-circuiter en contrôlant la propagation du feu. De plus, les espèces structurantes des brandes (« Der Brand » = l’incendie en allemand) sont « pyrophytes ». C’est à dire qu’elles ont besoin que leur graine soit soumise à une très forte chaleur pour pouvoir germer. Seul le feu permet cette émergence d’espèces pionnières.

Les brûlis sont dirigés, ciblés, et bien encadrés par une équipe de pompiers présents à titre préventif. Ils se déroulent entre automne et hiver et demandent une préparation préalable. Dès la fin de l’hiver, une première coupe périmètrale sur une bande de 10m est effectuée autour de la future zone à brûler, servant de pare-feu. Un second passage à la motofaucheuse est effectué en fin d’été pour laisser le moins de prise possible au feu. Le jour du brûlis, les pompiers sont présents et la météo a été relevée afin de s’assurer que les conditions soient bonnes pour l’intervention. Deux agents de GEREPI se positionnent contre le vent et allument : le pare-feu va ainsi être brûlé et une partie de la lande va se consumer lentement, élargissant ainsi la zone sécurisée. Une fois ce premier front de flammes réalisé, les agents poursuivront chacun dans un sens sous le vent pour créer un deuxième front de flammes rapides qui viendra mourir sur le premier. Les deux feux vont s’éteindre l’un sur l’autre. Tous les ans, environ 10 hectares de landes sont ainsi régénérés.